Le brunch de La Réserve bifurque à la Pagode !

Gardez la qualité, le lieu de fou, le bonheur d’un moment arrêté, la gourmandise inavouée… Passez la porte et vous y êtes. Le brunch de l’Hôtel de luxe parisien La Réserve a simplement changé de place.

Du restaurant 2 étoiles Le Gabriel à son acolyte La Pagode de Cos, on redécouvre un enchainement de temps salés et sucrés tous les weekends : Jus au choix, boisson chaude au choix, panier de viennoiseries du Meilleur Ouvrier de France Lalos, salade de fruits frais, œufs préparés à votre convenance et deux garnitures, plat poisson ou viande, dessert à choisir au chariot. Le tout pour 85 euros, un budget peut être mais encore abordable pour s’offrir l’expérience d’un si bel endroit, d’un sourcing toujours minutieux et de parfaites cuissons et assaisonnements sous la tutelle du chef doublement étoilé Jérôme Banctel.

Ce dimanche midi là nous aurions pu être au patio, ma partie préférée mais il pleut comme jamais. Nous trouvons réconfort dans les grands fauteuils en velours rouge de la maison. Brioche à la praline rose pour nous accueillir, sourire des hôtesses en prime et accompagnement du service qui nous explique tout pour bien démarrer.

J’opte pour le jus détox vert, mon amie Olivia pour le jus mangue ananas. Arrivent nos salades de fruits parfaites pour démarrer léger… Les viennoiseries Lalos que j’ose même demander tièdes tellement j’aime le beurre qui me colle aux doigts !

Oeufs à la coque, avocat et champignons pour mon premier temps salé. Oeufs mollets, tomate et bacon pour Madame en face qui se régale tout autant. Les cuissons sont parfaites. On dit souvent que les choses simples sont les plus difficiles, on a tous l’image parfaite de notre œuf adoré, s’il devait y en avoir une, la voici pour moi.

Poisson et viande du jour prennent la suite : cabillaud asperges blanches, bœuf saignant morilles. Parfaitement assaisonné et cuit une fois de plus, la chair encore translucide du poisson me fait détacher sa chair délicatement à chaque coup de fourchette.

Le bonheur ne s’arrête pas là… Le chariot de pâtisserie est si alléchant ! J’opte pour la tarte fruits rouges à base d’amandes, telle une Bourdaloue estivale ! Olivia craque pour le calisson, citronné et au bon goût d’amande lui aussi. C’est à la fois technique, offrant le côté surprise en l’ouvrant, absolument délicieux.

Il n’y a rien à faire, cet hôtel est mon chouchou, rappel sur mon dernier dîner étoilé par ici, mon dernier dîner au patio là,et puis il y a aussi de la touche Banctel ou . Bref tu m’as compris maintenant ? Addicte.

0

Poster un commentaire