La Belle équipe, encore plus forte aujourd’hui.

Quand j’ai rencontré Gregory la première fois, je me sentais privilégiée et même chanceuse de découvrir un homme qui a vécu beaucoup et qui garde optimisme de vie et sourire contagieux malgré de tragiques épisodes traversés ces dernières années.

Et quelle histoire il a.

Outre l’échange boulot sur ses projets il répond à toutes mes questions à la fois émotive et curieuse de cette nuit du 13 novembre gravée pour tous. Je dévore dans la foulée son livre « Une belle équipe » et réalise encore plus la force de sa reconstruction.

Il aura fallu 6 mois pour redonner souffle au lieu. 6 mois de travaux pour tout bien démolir, pour tout bien reconstruire.

La belle équipe restera ce lieu symbolique mais aura une deuxième vie !

En ce début avril je retrouve la bande d’amies fidèles aux sorties du samedi soir et nous voilà attablées, cocktail presque coupable aux lèvres. Oh non c’est certainement pas ce que Grégory souhaiterait comme sentiment mais c’est un peu plus fort que nous. Le lieu reste la vie, le partage, le plaisir d’une bonne table mais forcément les pensées sont lourdes. La soirée était géniale, le staff à l’image de son patron, accueillant comme on ne le voit plus assez à Paris, les cartes déjà bien étendues font la part belle à la gourmandise et au 100 % fait maison évidemment.

Petit chablis pour moi, bière ou Mojito à côté, on boit, on rit, on savoure et on est là pour ça ! Pour démarrer, c’est un délicieux chou-fleur rôti crème de sésame tahini, et les petites briques chèvre miel. C’est délicieux, fondant et croustillant, salé sucré, une bonne entrée en matière.

Falafel Bowl pour deux d’entre nous, Shakshuka pour Charlotte et salade Grand mère pour la copine Mama. Coup de cœur pour tout sauf peut être la Shakshuka dite d’ailleurs « Shakshuka d’automne » (peut être la drôle d’incohérence de la carte en plein printemps) mais tout le reste est absolument délicieux.

Le falafel Bowl suuuper !

Sauce sésame à nouveau, jeunes pousses et vinaigrette douce, feta, grenade. Les falafels sont énormes ce qui les rend parfaitement moelleux à cœur mais bien croquants aussi. Je recommande vraiment !

Place aux desserts, et croyez moi que celles ci ne sont pas mes copines pour rien… Pain perdu une fois, tiramisu une autre, double fondant au chocolat ! Rhooo… ce moelleux est divin et le pain perdu aussi car fait à base de vieilles baguettes, il n’est pas très sucré et surtout la croûte du pain lui donne de la mâche, voilà qui change des versions brioche que l’on voit partout.

En somme : un lieu symbolique, un service aux petits soins, une carte réussie et au rapport qualité prix bien raisonnable (25-30€ si vous êtes warrior comme nous entrée/plat/dessert), alors assurément la bonne adresse pour la bonne équipe de copains !

La Belle équipe

92 Rue de Charonne

75011 Paris

Ouvert 7j/7 de 8h à 2h

0

1 commentaire

  1. AuroreInparis

    29 avril 2019 at 13 h 51 min

    La salade de falefel me tente beaucoup !
    J’allais souvent boire un verre quand j’habitais dans le coin. Comme tout le monde, les Evénements nous ont fait beaucoup de peine. Et j’y pense à chaque fois que je passe devant, encore aujourd’hui, c’est plus fort que soi. Mais la vie continue.

Poster un commentaire