Restaurant Paris : Cobéa, une étoile à s’offrir…

BRAVO ! Voilà ce que l’on appelle réussir. Cobéa joue déjà dans la cour des grands et sûrement bientôt dans celle des plus grands.

Le chef a su allier son audace et sa créativité à la maitrise parfaite et sublimante de produits de saison tout en respectant une politique de prix sages; du grand art et une belle leçon d’éducation pour nos palais curieux et attentifs !

Il est 13h, le restaurant est presque plein, le menu déjeunatoire à 49 euros avec langoustines, bonite et farandole de desserts, a fait parler de lui. Ici on la joue classe, vrai, à la fois décontracté mais professionnel, tout ce que j’aime.

Quand mon pote L, m’ouvre les portes de la pépite qu’il est heureux de me faire découvrir, il a déjà gagné. En voici un que je ne connaissais pas, je me laisse séduire par une cuisine qui, a chaque plat, signe la perfection.

Nous optons pour le menu à 75 euros, servi au déjeuner et au diner, 4 plats pour vous en mettre plein les yeux.

amuse

Pour débuter on nous propose de délicieux croustillants de crevettes à saisir du bout des doigts en les enroulant dans les fines tranches de lomo proposées à côté, on les accompagnera de la crème de noix de cajou délicatement dressées en pointes par ci et par là. Déjà parfait. Gourmand à souhait, croquant et parfaitement assaisonné, c’est juste dément.

tomate

Arrive alors la tomate destructurée façon tomate cerise vinaigrette surmontée d’un siphon acidulé d’eau de tomate. Pour une fois, le moléculaire (dont je ne raffole pas tant) a sa place !

Le pain servi fait honneur au quartier avec Dominique Saibron qui s’accompagne d’un beurre maison moutarde/citron vert, le détail qui tue !

Arrive une première entrée végétale : courgette et poivron. Des lamelles de courgettes sont farcies d’un délicieux espuma aux poivrons, presque une pointe sucrée. Mais là encore l’association est délicate, juste et surprenante par l’ajout d’olives noires séchées et une délicieuse huile d’olive assaisonnant le tout, parfait… Qui a dit que le végétarien était fadasse ? Voilà de quoi en rembarrer plus d’un !

courgette poivron

Place à la lotte petits bateaux en kadaif, fenouil et pomme Granny. Whaou, coup de coeur total ! La cuisson est parfaite, tendre à coeur, croustillante par son enrobage en kadaif, avec le fenouil, la compotée et la pointe d’acidité, que vous dire de plus ? Certainement le plat que j’ai préféré tout au long de ce déjeuner. J’en suis encore scotchée.

lotte

L’ami opte pour l’agneau alors que je choisis une option 100% poisson avec la bonite du jour. Notre accompagnement est le même : macaroni, pleurote et vieux comté. Un duo de choc, on ne change pas un mariage gagnant !

bonite

3ème plat, erreur de garniture très vite corrigée avec l’apport du gratin de macaroni comté et pleurotes comme l’assiette d’en face !

En pré-dessert, boule de sorbet citron vert maison, rafraichissant, pas trop sucré, la point d’acidité qu’il fallait pour préparer le palais au festival approchant…

sorbet

Millefeuille au chocolat amer + sphère fraise/meringue + sablé citron + sablé caramel fleur de sel + fruits de la passion. Grandiose, tout est parfait. Je commence par me régaler de la fraicheur de la sphère qui enrobe une fraise et son coulis en plein coeur. Puis c’est le millefeuilles au chocolat à peine sucré, exactement comme je l’aime. On retrouvera une pointe de sucre par les deux petits sablés et on cloturera ce palmarès de saveurs par le pep’s acide de la passion… Génial, le chef a vu juste ! L’équilibre est étudié à la perfection, on aura profité du début à la fin de chacune de ces créations au meilleur moment, comme ci le plat précédent introduirait le suivant, je dis chapeau !

desserts

Foncez y, retournez y et passez vous le mot ! En voilà un qui a tout compris, on s’y sent bien, le service est impeccable, sans fausse note, la salle est agréable à la fois classe, chaleureuse et à la parfaite luminosité.

L’adresse sera aussi bien pour un rapport qualité/prix imbattable au déjeuner, mais se prêtera également à un dîner aux chandelles dans le toujours surprenant 14 ème arrondissement parisien.

Cobéa

11 rue Raymond Losserand

75014 Paris

01 43 20 21 39

 

0

2 Commentaires

  1. Coline de Périples Gourmands

    22 juillet 2014 at 17 h 42 min

    Tu m’as mis l’eau à la bouche, et tu n’es pas la première à propos de ce resto… Tu vas finir par me convaincre !!

  2. restaurant japonais

    23 août 2014 at 13 h 37 min

    Une cuisine raffinée pour des menus à prix abordables.
    Dur d’y trouver une place quand même…

Poster un commentaire