Le Clair de la Plume, 20 ans de succès.

Une vingtième bougie… On vous dirait que le temps passe vite, certes. Mais il embellit et renforce. Renforce une maison qui depuis 1999 accueille avec brio, séduit ses visiteurs, dépayse, s’agrandit et se développe au point de compter aujourd’hui presque 5 entités entre hôtel, restauration et même boutique.

A l’origine cette Maison du 18ème siècle ne disposait que de 10 chambres et n’offrait que le petit déjeuner, c’est étape après étape et au fil de rencontres que l’histoire gastronomique s’est construite. 4 ans plus tard c’est un salon de thé qui ouvre proposant une nouvelle offre de restauration au village de Grignan et surtout valorisant l’image de la qualité, du frais et du fait maison.

Peu de temps plus tard ce sont les espaces extérieurs qui marquent le coup ! Jardin méditerranéen et piscine biologique naissent avec un restaurant de plein air et une collection de plantes…

En 2010, le restaurant traditionnel prend un tournant et mieux encore, en 2013 lors de l’arrivée du chef : Julien Allano. Après 2 ans de travail acharné, le chef obtient son étoile au Clair de la Plume (2015) puis un bib gourmand au restaurant « bistro », La Ferme Chapouton.

Eh bien justement en ce mois de janvier dernier, allons voir cela de plus près.

A peine arrivée à Montélimar je prends la route vers Réauville, à quelques kilomètres de Grignan. Ce petit détour me permet de découvrir la Ferme Les Eybrachas où Virginie nous accueille à bras ouverts pour nous raconter son quotidien à la quête du diamant noir : la truffe Melanosporum (jusqu’à mi mars) ou la truffe Brumale, accompagnée de son chien parfaitement éduqué.

A la Ferme, en plus de la journée découverte autour de la truffe, ce sont des chambres d’hôtes qui sont proposées avec une vue panoramique sur le château de Grignan et le mont Ventoux. Une escale intéressante à avoir en tête si vous êtes dans la région.

Puis nous arrivons à destination, au Clair de la Plume, une adresse dont j’ai tant entendu parler. Je pose mes valises dans la suite Virgile, un espace à la décoration à la fois chaleureuse, cocooning et accueillante. La salle de bains avec sa baignoire balnéo annonce déjà un grand moment. En plus de la grande chambre c’est un petit salon qui est annexé.

A table ! Nous sommes hors saison, on profitera d’autant plus de la disponibilité des équipes qui nous accompagnent lors de ce dîner.

Ici, le concept de la truffe est poussé au maximum, et dans le souci du plaisir du client car aucune marge n’est appliquée sur le prix affiché « coûtant ». Libre à vous de choisir sur le plateau du jour la truffe de votre choix, une petite râpe vous sera prêtée pour le diner et votre maitre d’hôtel vous indiquera sur quels plats elle s’accommodera le mieux.

On démarre fort… En guise d’amuses bouches : feuille d’huitre et échalote, tartelette sarrasin boudin noir et pomme granny, pois chiche ras el-hanout et pamplemousse, focaccia maison et produits à base d’olives locales. C’est dément… On plonge immédiatement dans l’univers d’un chef qui aime créer tout en ayant l’exigence de son étoile.

La suite qui semblerait d’une simplicité légendaire est bluffante : le café.

Oubliez votre boisson du petit déjeuner, plongez plutôt dans le bouillon truffé et trompettes de la mort dans lequel vous pouvez même tremper un sablé parmesan à vous en lécher les doigts !

Etape suivante coup de cœur absolu du dîner : le Tart-accio de Saint Jacques. Un carpaccio dressé en hauteur pour nous en représenter une demie tartelette, tous les parfums sont là, du sobacha de sarrasin à la japonaise accompagne merveilleusement la texture onctueuse de la Saint Jacques fraiche tout comme la glace au rhum qui l’accompagne.

Gambas Carabineros, jus de civet, radis, menthe et gingembre prennent la suite. Encore du goût, de la texture, et du dressage parfait. C’est top.

Le plat de poisson propose ce soir là un filet de loup, artichaut poivrade et crème d’algue.

Un nouvel « intermède » comme ils les appellent ici, me plonge dans le potager : céleri, pomme granny, noisette et crème parmesan me font vibrer. Les saveurs ont une combinaison parfaite. Tout comme le mariage entre la fraicheur de la pomme, le céleri en tagliatelles mais juste blanchies encore al dente, le croquant de la noisette torréfiée, et le crémeux du parmesan. Coup de cœur numéro 2 par ici. Une audace bien récompensée !

Place au plat de viande : lapin en deux façons, la cuisse en feuilleté archi gourmand, et l’épaule aux endives.

Et regardez moi ça… Comment résister ? On commence à pourtant être repus mais ce plateau de fromages est bien trop irrésistible : Picodon, comté 36 mois, Époisses, Fourme de Montbrison, Brin du Maquis, Chèvre La Rigotte de Condrieu… et tant d’autres. Les confitures de tomate verte, de pomme ou encore griottes vous invitent à accompagner votre gourmandise d’une note sucrée.

Parlons desserts, parlons grand, parlons fort. Car je n’aurais jamais imaginé un si beau bouquet final. Le pâtissier Cédric Perret n’a décidément rien à envier aux parisiens.

Il crée décomplexé de tout, audacieux comme jamais, deux desserts absolument géniaux : L’olive et la truffe. Alors que l’olive noire se marie au chocolat blanc et au citron, la truffe appelle le chocolat.

Les reproductions visuelles sont impressionnantes et les mariages de saveurs surprenants, on finit des paillettes dans les yeux, ravis et régalés comme jamais. L’adresse nous appelait à la visite, nous appellerons à la revisite.

Le Clair de la Plume

2 Place du Mail

26230 Grignan

+33 (0)4 75 91 81 30

0

Poster un commentaire