Restaurant Brest : L’Imaginaire de Romain Pouzadoux

Résolution de rentrée : promettons nous de voir du pays. On se laissera guider par la flânerie du weekend pour découvrir de bons coins, vivre à l’heure d’esthète et réaliser une fois encore que notre bout de planète français regorge de talents : démonstration.

Romain Pouzadoux fait partie de ces talents là. Issus de la génération de chefs jeunes audacieux qui, après avoir officié aux côtés de grands maîtres et voyagé, trouvent leur identité et assument leur cuisine avec passion. On l’écoute parler des saisons, de son sourcing local et d’engagement produit qu’il sublime dans l’assiette tel un hommage aux artisans qu’il défend.

Grand amateur de dîner à 4 mains, c’est presque une dizaine de collaborations qu’il compte à son palmarès : Florent Ladeyn, Christophe Hay, Santiago Torrijos ou encore Julien Diaz « c’est une passion qui se partage et des moments qui m’enrichissent » explique t’il… Et on veut bien le croire…

A la carte, pas de menu, on se laisse guider en choisissant son tempo : menu S, M ou L, on le suit les yeux fermés.IMG_6454

Ce midi là, pour une quarantaine d’euros c’est déjà menu gastro. Il attaque fort dès ses amuses bouches avec un chicharon de maïs et son huitre chaude glacée au jus de veau, purée d’oignons. Entre tonalités bretonnes et soupçon de voyage, on se régale !IMG_6456

La tomate, pastèque, coques et palourdes signe une première belle entrée à l’image de sa créativité, de la saison estivale et des saveurs marines à quelques pas de là.IMG_6470

Arrive ensuite l’avocat, tourteau et sucrine poêlée ; une créa plus classique mais toujours gagnante.IMG_6476

La viande du jour est un cochon ibérique, tendre à souhait, le gras naturel de chaque bouchée nourrit la chair et l’enrichit… Les courgettes déclinées en purée, rôties ou en copeaux crus ainsi que quelques girolles poêlées en font un plat d’été goûtu et gourmand. Et MIAM ce jus de viande qui harmonise le tout ! Quoi de mieux que des valeurs sûres, une belle pièce maîtresse, une garniture maîtrisée et ce jus parfait, je fond… et sans complexe j’en sauce toute l’assiette.IMG_6477

Place au sucré… et alors là accrochez vous ! Je n’avais pas encore saisi la moitié du dossier Pouzadoux.

Le chef n’est pas un ancien pâtissier pour rien, chez lui le voyage c’est du début à la fin et on ne lésinera jamais sur le dessert. Il choisit d’abord la cerise, l’exploite à tout va sans jamais en dénaturer son parfum : Chaudes façon clafouti aux amandes mais également rôties dans leur jus et enfin façon sorbet, laissez moi vous dire que c’est scotchant. Le tout avec chantilly à peine sucrée… Dément…IMG_6490
Et si je vous dis que finalement je n’avais encore rien vu, me croirez vous ?! Arrive le deuxième dessert : fraise, framboise, ganache chocolat blanc vanille, sorbet huile d’olive et basilic, une composition qui tend la perfection, et je pèse mes mots ! Voilà de loin un des meilleurs desserts que j’ai pu découvrir cette année.

Les saveurs s’entremêlent à merveille tout comme les textures entre meringue croustillante, ganache fondante, sorbet qui disparait en bouche pour sublimer des fraises de la région, c’est sublime à l’œil et l’exception en bouche.IMG_6496

Jackpot dans tout cela : Sa formule gastronomique pour 38 à 65 euros même le soir, ou son premier menu déjeuner d’une vingtaine d’euros, croyez moi que c’est THE GOOD DEAL.

Restaurant L’Imaginaire

23 rue Fautras

29200 Brest

02 98 43 30 13

 

0

Poster un commentaire