L’Auvergne est à Paris et c’est à l’ambassade !

Mixez une adresse culte du terroir français, le travail de produits frais et de saison, la passion d’un homme prêt à tout lâcher pour se lancer dans la passion de restaurateur ; il n’en fallait pas moins pour redonner à l’ambassade d’Auvergne, maison respectable du haut de ses plus de 50 printemps, un beau coup de jeune, de chic et une jolie mise en avant de la région auvergnate !

Car oui, Didier Désert, propriétaire des lieux, est avant tout un épicurien et un passionné amoureux de la région et de ses bons produits ! Ici tout est frais et de saison, au service d’une cuisine au goût du jour.

On sent indéniablement chez lui la passion et on se laisse séduire ; on sait qu’ici on sera dans le vrai ! Parlez lui de son aligot ! Un vrai de vrai, ce qui, avouons le, est devenu bien rare dans la capitale. Avec bonheur, il le filera même jusqu’à votre table, mais ne comptez pas y goûter en accompagnement d’un plat qui ne lui serait pas « compatible » il ne vous le servirait pas ! On aime cette authenticité 😉

Côté carte des vins, vous trouverez bien sûr une proposition diversifiée et multi-régionale mais pourquoi ne pas la jouer terroir auvergnat jusqu’au bout ? De toutes façons, vous n’aurez que l’embarras du choix avec les 28 références régionales proposées à la carte des vins.

Ce soir là nous nous laisserons séduire par la traditionnelle salade de lentilles (vertes du Puy of course) parfaitement cuites et assaisonnées ; simple, vrai, c’est tout bon.

Un velouté de girolles aux châtaignes et son pistou de persil, l’automne est là, plongeons avec bonheur dans ces saveurs de saison !

Place aux plats avec ici des ris de veau du Ségala parfaitement cuits, goûteux, accompagnés de fines tranches de céleri divinement cuisinées, justement assaisonnées apportant saveur et délicatesse sucrée au plat, on adore.

Les filets de perdreaux sur canapé de pain d’épices comme un pain perdu, conseillé par le chef, est tout aussi savoureux, pas du tout sec. Nous avons même la chance de profiter d’une assiette de dégustation de son fameux aligot. Oh mamamia, ça c’est du vrai de vrai ! Vive les belles traditions françaises quand elles sont menées de main de maître par des passionnés ! Entre épicuriens, on est bien 😉

En dessert, gourmande comme je suis, je ne résiste pas aux figues rôties à l’amande, le biscuit Arlette et le petit caramel de St Pourçain : C’est trop bon et ça passe tout seul, même l‘estomac déjà bien rempli. Le dessert du jour, un clafouti de pêches de vigne rôties est tout aussi apprécié.

Merci l’ambassade d’Auvergne, à Paris la région est bien représentée. Allez-y si vous voulez découvrir un peu mieux sa gastronomie, et vous vous y retrouverez si vous la connaissez déjà.

L’ambassade d’Auvergne

22 Rue du Grenier-Saint-Lazare,

75003 Paris

Ouvert 7/7 déjeuner et dîner

Formule déjeuner 22,50€ en semaine

Menu saveurs d’Auvergne 33 €

0

1 commentaire

  1. Aurore

    6 novembre 2017 at 15 h 50 min

    Hummm l’aligot me donne faim !!!

Poster un commentaire