Actuellement a lieu l’exposition « La route de la soie » au Tri Postal. Dans le cadre de Lille 3000, de nombreux évenements culturels sont organisés à Lille et dans la métropole, celle ci fait partie de cette démarche.

Les oeuvres présentées viennent de la prestigieuse Saatchi Gallery à Londres. On y compte plus de 60 réalisations qui ont été sélectionnées pour leur vision contemporaine. Ces jeunes artistes interprètent les tendances actuelles (humaines, culturelles, politiques,…). D’origine chinoises, indiennes ou encore du Moyen Orient, ces différentes nationalités retracent par leur oeuvre la route de la soie qui dès l’Antiquité, liait commercialement l’Asie et l’Europe.

Je vous propose de découvrir les thèmes qui m’ont le plus marquée… En espérant qu’elle vous donnera un agréable avant goût ! Allez-y, elle est prolongée jusqu’au 23 janvier.

Ne soyez pas surpris en entrant dans cette galerie, ici ce sont ces personnes âgées en fauteuil roulant qui font l’attraction. L’artiste a été fortement critiqué sur ce travail. C’est perturbée que j’aborde l’univers de ces 13 hommes aux visages tristes et fatigués. Certains d’entre eux rappellent des leaders politiques, militaires ou religieux. Ces regards sans expression serait la traduction d’une communication difficile entre les cultures.

Cette maquette des camps de réfugiés palestiniens est une projection en 2067, un siècle après la guerre de 6 jours. Qalandia est l’ouverture principale du mur séparant la Palestine et l’Israël. Cette barrière a été construite pour protéger les israéliens des palestiniens. L’artiste né dans une famille de réfugiés évoque ici son espoir de voir les palestiniens des camps garder une flamme de vie. Optimiste, il concevra le volet suivant Qalandia 2087 comme un espace où la communication des deux peuples redevient possible. J’ai beaucoup aimé l’ambiance transmise par les couleurs, ces personnages dansant, jouant d’un instrument, qui traduisent cet espoir avec brio !

L’artiste aborde ici le thème de la femme et de ses dérives par la réalisation de prostituées à la fois drôles et provocantes. Les prostituées de Téhéran sont de plus en plus nombreuses; en réalité leurs vêtements sont plus discrets. Dans cette nouvelle vie, elles cherchent à fuir la pauvreté ou leur travail difficile de domestique. Par cette ironie, l’oeuvre dénonce l’hypocrisie orientale et occidentale face au marché du sexe.

Un travail fastidieux saute aux yeux quand on entre dans cette galerie ! L’artiste a pris soin de mouler sur des femmes leur posture lors du recueillement et à mettre en scène la prière. Ces silhouettes creuses et éphémères sont un rappel à la vulnérabilité de l’homme.

Il y en a tant d’autres, mais je laisse place à la surprise et vous laisse le soin d’aller les découvrir !

Le Tri postal

Avenue Willy Brandt

59000 Lille

=> Entre la gare Lille Flandres et Euralille

Tarif de l’expo: 6 euros (tarif plein), 4 euros (tarif réduit)

Gratuit pour les moins de 16 ans

Pourquoi « Tri postal »? Car comme son nom l’indique, ce lieu était initialement dédié au tri du courrier.

0

1 commentaire

  1. michel

    6 janvier 2011 at 21 h 03 min

    je confirme et applaudis des deux mains!

Poster un commentaire