Aux Cuivres, quand la cuisine est bonne

Aux Cuivres, Christian et sa femme n’ont pas fait les choses à moitié : ils ont repris une affaire à deux pas d’Oberkampf, ont fait des travaux pour remettre l’endroit à leur goût, et ont ouvert leur nouveau bébé à la rentrée, tout en en ayant un de leur côté. Depuis septembre, Christian vous accueille avec le sourire et la chaleur de sa Corse natale, et son épouse, entre deux biberons vous explique que ce n’est qu’un début, ils ont plein de projets : aménager la terrasse, proposer une chouette formule brunch,…on sent que ces deux-là sont prêts à se plier en quatre pour faire plaisir à leurs clients.

Entre la déco soignée, l’accueil authentique des patrons et le service dans le même ton, à la fois sympathique et très pro, on se sent tout de suite vraiment bien aux Cuivres. D’autant plus que les options sont nombreuses : on peut choisir la terrasse, une table à deux façon resto traditionnel, une table plus basse avec des assises confortables façon petit salon, ou encore la grande table du fond, un peu séparée des autres, si on vient en groupe.

Le décor est donc posé, la bonne nouvelle c’est que côté assiette, on joue dans la même gamme. La carte change toutes les semaines, c’est suffisamment rare pour être noté, et propose essentiellement des produits de saison. 4 entrées, 5 plats, 4 desserts avec en bonus un beau choix de fromages (là aussi, ça change), et des « cuivrettes » façon tapas à partager.

Mon comparse se laisse tenter par un le hareng fumé, houmous de betterave et granny smith, aussi joli que bon, particulièrement bien assaisonné. J’opte pour le velouté de panais et chou-fleur infusé au lard, crème montée à la truffe. C’est chaud, c’est bon, bien crémé, tout ce qu’on attend d’un velouté.

Pour le plat, nous avons suivi tous les deux la recommandation du serveur et de nos voisines de tables qui ont été dithyrambiques au sujet du suprême de bœuf Black angus confit avec grenailles, shitaké et pleurotes. Vraie découverte pour moi, je n’avais jamais mangé de bœuf avec ce type de cuisson, vraiment confit, hyper tendre, hyper gourmand, on s’est vraiment régalés. Autant dire que le Patrimonio bien charpenté recommandé par Christian a parfaitement accompagné cette viande au goût puissant.

Chouette surprise au dessert où ma crème à la vanille à l’ancienne qui a été flambée sous mes yeux. J’adore ce genre de truc, je suis toujours comme une gamine émerveillée devant sa première crêpe Suzette, surtout quand en plus, c’est incroyablement bon. Mon pote a opté pour une charlotte au chocolat un poil moins convaincante. Mais la petite myrthe maison servie par Christian l’a laissé sur une touche très positive.

Bref, une très bonne adresse, déjà bien rôdée, où on passe assurément un bon moment, à bien manger, en bonne compagnie. On leur souhaite une très belle aventure aux sons des Cuivres !

Aux Cuivres

68 avenue de la République

75 011 Paris

01.43.55.12.64

Du lundi au samedi, de 10h à 23h45.

Entrée-Plat-Dessert : 30€ environ.

0

Poster un commentaire