Restaurant Paris : Le Quinzième, un gastro signé Lignac ça donne quoi ?

Cyril Lignac, notre chef français qui se la joue star télé à la Jamie Oliver, je peux vous dire que celui ci il m’intriguait… Un restaurant gastronomique par là, une première par ci, l’autre ailleurs, la création d’une pâtisserie à son nom, etc. Bref, une véritable machine de guerre qui semble plus business man que cuisinier. On profite de son charisme pour le faire passer à la télé et derrière on entend facilement « même pas lui qui cuisine ! », « ce ne sont pas ces mains ! » Que croire ? Et bien je dois avouer que je restais sceptique à ce personnage qui certes, me divertissait à la télé une fois de temps en temps mais dans le fond ses recettes « généreuses » comme il le dit souvent sont elles si extras ?

J’ai la chance d’avoir un ami de toujours, grand testeur de mes recettes qui, de passage à paris, m’emmène tester cette adresse dont nous avions parlé : le quinzième, le gastro signé Lignac.

Nous voici donc attablés à 4 pour une soirée gastronomique qui, dès notre arrivée s’annonce plutôt bien… Notre regard se porte sur la carte plutôt que le menu gastronomique à 130 euros, une belle façon de tester les plats « signature » du restaurant.

On débute avec un assortiment d’amuses bouche accompagné d’un délicieux champagne rosé (mamamia j’adore !). Saumon et touche de guacamole, sablé et crème de parmesan et royale de fois gras et d’asperge… La qualité des produits est au rendez vous, le saumon d’une qualité est d’une véritable tendreté, un régal pour bien débuter !

Pour accompagner ce repas on déguste du beurre bordier au sel fumé, vraie merveille de la nature ! Sachez que l’on en trouve dans les épiceries fines, ces produits sont des pépites, vous pouvez les consommer les yeux fermer… Dégustez par exemple des oeufs à la coque avec des mouillettes au beurre bordier, un plaisir simple mais qui dépasse sûrement les plats les plus compliqués pas toujours réussis ! (Lillois, vous en trouverez dans l’épicerie du Basilic Café rue de St André, au niveau de la place des archives)

Place aux entrées maintenant. Impossible pour moi de ne pas essayer la langoustine pêche bretonne, une de ses spécialités… L’assiette arrive, deux ravioles la composent accompagnées d’une étuvée de choux et d’une langoustine parfaitement cuite. Une fois toutes les assiettes servies, les serveurs versent la sauce à chacun, de quoi centrer l’attention de tous…

En face, c’est l’asperge verte du Sud Ouest qui est choisie. Ici vertes donc, elles sont servies avec des morilles, un œuf mollet à la perfection et une pointe de parmesan. Léger et bien équilibré, le mariage marche à merveille.

Cette première étape est une réussite, je suis très agréablement surprise par le niveau de cuisine de ce rigolo de la télé, certes il n’est pas en cuisine mais il a le talent de savoir choisir son équipe.

Quand le listing des plats affiche « le ris de veau de lait de Corrèze » je lis à peine plus loin. J’en raffole ! C’est l’occasion de se faire plaisir en goutant cette version accompagnée d’un jus de veau légèrement acidulé, le tout est accompagné d’une purée de carottes maison. Généreuse c’est le mot, je pense que la quantité de beurre pour la rendre si onctueuse doit faire peur, mais après tout peu importe, notre palais prend une claque, plus personne ne parle, le ris de veau est si moelleux servi à la température parfaite et se révèle encore mieux avec la pointe de purée de carotte naturellement sucrée. Plat signature validé !

Mon ami Laurent craque pour le veau de lait, également un très beau plat servi avec des petits pois et des morilles, une association que je n’avais jamais goûtée mais qui fonctionne très bien.

Voilà maintenant nos desserts et je dois dire que, pour avoir testé sa nouvelle boulangerie/pâtisserie et en avoir été très déçue, j’étais ce soir là très méfiante.
Petit retour en arrière sur les pâtisseries que j’avais préalablement goûtées dans sa boutique : La tarte aux poires, pas à la hauteur du tout, on dirait « presque » qu’elles sont au sirop, la pâte n’a aucun intérêt non plus. Quant à la tarte au citron, elle est légèrement trop gélatineuse et enfin j’ai gouté à la tarte chocolat noisette qui s’est révélée être la mieux des trois sans pour autant transcender nos palais. Il était resté bien clair qu’un cuisiner n’est pas un pâtissier.

Voici pour commencer le pré-dessert : La pomme Granny Smith dans « tous ces états »… Granité, crumble, baba, c’est un mariage agréable en bouche !

Alors quand nos choix de desserts arrivent c’est la révélation. Nous sont servis le Venezuela, un soufflé au chocolat et sa crème caramel au beurre salé, la tarte aux fraises de bois et finalement le Madagascar, le mariage du chocolat au lait du praliné et du citron vert.

Laissez moi vous dire que je garde sûrement l’un des plus beaux souvenirs gustatifs sucré de ma vie avec le Venezuela. Sans aucun doute je tiens ici le dessert qui m’a le plus séduite depuis que je peux tenir une cuillère !
Le soufflé est réalisé à la perfection, parfaitement monté sur le dessus encore légèrement mi-cuit et moelleux au centre, le tout servi chaud avec des noisettes croquantes caramélisées qui se mêlent à la dégustation et une crème glacée au caramel beurre salé tombante au centre au fur et à mesure que l’on se régale. C’est extraordinaire, équilibré en saveurs, températures et textures, l’ami Cyril me cloue le bec. C’est un bonheur.

Je ne peux vous cacher qu’au final, cette adresse a largement redorer le blason de ce chef star de la télé. Du début à la fin c’était top, encore un grand merci à Laurent qui a régalée ce soir là.

Quand Lignac parle de générosité il ne plaisante pas, sachez que chaque femme repartira avec une petite boite comprenant deux parts de cake pour le petit déjeuner du lendemain, de quoi prolonger le plaisir un peu plus longtemps… 😉

C’est une adresse à essayer pour une belle occasion, j’irai très prochainement dans l’une de ses brasseries, un budget plus abordable pour se faire plaisir.

Le quinzième

14 rue Cauchy

75015 Paris

0145544343

0

10 Commentaires

  1. Parrain

    15 juin 2012 at 13 h 02 min

    Toutes mes félicitations au Chef qui a sur les épaules deux fois plus de pression, compte tenu du lobbying médiatique de l’Agité ! Alors une visite pour la curiosité, mais de grâce cassez vos tirelires pour de Grands Chefs qui le méritent vraiment ou qui en ont véritablement besoin !!! Je déteste cette tournure que prend la Gastronomie aujourd’hui, un support au vedettariat forcené et une pompe à fric. Ce qui est dramatique c’est que ce soient les « ex » grands qui génèrent cette philosophie : Ducasse, Robuchon, Marx….! A vous dégoûter d’être gourmet !!!

  2. Frédérique

    17 juin 2012 at 21 h 20 min

    Superbe vaisselle de chez Coquet, un choix du savoir faire à la française tout en élégance… Une façon de mettre au mieux ces mets en valeur qui se voit dans les photos. Bravo Limoges !
    C’est mon porcelainier favori 😉

  3. Le blog de Pouce

    18 juin 2012 at 13 h 59 min

    Merci pour la visite et la critique. J’avoue que j’ai bien envie d’y aller aussi.

  4. Deborah

    16 juillet 2012 at 21 h 10 min

    Tu m’as fait rêver avec le dessert !!

  5. Ankya

    15 mars 2013 at 9 h 38 min

    J’y suis allée avant hier pour l’anniversaire de mon Cher et Tendre. J’ai adoré ce restaurant, ses plats, mais surtout son service impeccable. Les serveurs très souriants, toujours là quand il faut, mais aussi très discrets.
    Je me suis régalée avec les plats, et la moindre petite sauce est un délice (ah… la crème d’oignons caramélisés à la bière avec le boeuf… un régal pour les papilles).
    J’étais assez neutre vis à vis de Cyril Lignac, c’est surtout mon Homme qui l’apprécie c’est pourquoi je l’y ai amené pour son anniversaire. Maintenant je peux vous dire que j’apprécie aussi ! Mon estomac et mes papilles étaient ravis, que demander de plus ? 🙂

  6. Restaurant Paris : Le Chardenoux, la brasserie signée Cyril Lignac | Recettes de Cuisine de Marion Flipo

    31 octobre 2013 at 7 h 01 min

    […] de la très belle soirée passée au Quinzième, restaurant étoilé de Cyril Lignac, je profite d’un dîner retrouvailles avec mon copain […]

  7. Coline de Périples Gourmands

    4 avril 2014 at 9 h 59 min

    J’avais aussi adoré mais quelle tristesse qu’ils aient supprimé la carte et ne proposent plus que des menus… J’y serais volontiers retournée mais je trouve cela trop dommage, d’autant plus qu’il n’y a vraiment pas de choix dans les menus….
    Les deux Chardenoux en revanche laissent davantage de latitude et sont de superbes occasios de se faire une soirée bistronomique à prix doux 🙂

  8. Mel

    27 juin 2014 at 15 h 58 min

    La « tendreté » du saumon….

  9. Coline de Périples Gourmands

    4 octobre 2014 at 14 h 38 min

    Nous y sommes finalement retounés, le menu du moment nous correspodant parfaitement !
    Et si tu avais aimé le soufflé autant que moi visiblement, tu aimeras aussi peut-être le moelleux à la noisette autant que moi ! 😉

  10. Restaurant Paris : Le Chardenoux des Près, la success story Lignac continue ! | Recettes de Cuisine de Marion Flipo

    22 janvier 2015 at 7 h 02 min

    […] le Quinzième et le Chardenoux, je termine la tournée des adresses signées Lignac par le Chardenoux des Près, […]

Poster un commentaire