Restaurant Paris : Icone des années 80, le café Jamin fait son come back avec le chef Hervé rodriguez

Vous rappelez vous des cuisines du grand restaurant parisien «  Gusteau’s » du dessin animé Ratatouille ? Le café Jamin nous y replonge. Déco chic à la parisienne, banquettes en cuir et grands miroirs, peintures des quais de Paris sur les mûrs, nous voilà dans les années 20. L’atmosphère est conviviale et l’accueil chaleureux, nous sommes déjà séduits. Dès que nous entrons, nous découvrons le buffet central où les desserts sont dressés, les crêpes flambées, les fromages coupés, de quoi apporter du show en salle, on adore.

Nous avons la chance de rencontrer Hervé Rodriguez, chef du restaurant qui nous explique son histoire. L’ambition du chef ici n’est pas d’aller chercher les étoiles comme dans son merveilleux établissement à Boulogne, Masa, mais de marcher dans les pas de Joël Robuchon, ancien propriétaire des lieux qui a rendu l’adresse mondialement connue, ainsi que de rendre hommage à la première femme 3 étoiles « La mère Bourgeois » pour qui il a travaillé.

Il s’amuse alors à mettre au goût du jour les grands classiques de la cuisine française pour attirer une clientèle féminine. Mais attention, je ne parle pas ici de vegan, veggies ou autre… ici la tradition gourmande et une pointe twistée est à l’honneur.

Le menu nous met l’eau à la bouche. A la carte, sept entrées sont proposées entre 15€ et 18€ : Sashimis de dorade et bouillon thaï, cuisses de grenouilles ou encore pâté chaud à la truffe… En plat on voyage entre un gratin de fruits de mer, une cocotte de homard braisé au sauternes, châtaignes et cornes de gattes vanillés, ou autre délicatesse. Tous oscillant entre 25€ et 33€.

Le chef propose également des suggestions du jour en fonction des saisons et de ses envies.

Parallèlement deux menus sont proposés : le menu déjeuner entre 25 et 29€ et le menu tradition à 48€. Ce soir, nous nous laissons guider par le chef à la découverte de ses spécialités. Génial, j’adore les surprises !

Nous commençons avec le Phô aux ravioles de tourteau et les couteaux à la crème de chorizo riz noir façon polenta, chips à l’encre de seiche. Le chef nous emmène direction le Vietnam avec cette soupe parfaitement assaisonnée et citronnée. C’est léger mais gourmand à la fois, un délice pour les amateurs de cuisine asiatique. Quant aux couteaux, fini le cliché des crustacés caoutchouteux, ici, ils fondent dans la bouche et le mariage avec le chorizo est idéal.

Le chef nous surprend ensuite avec un St Pierre poêlé sur de fines lamelles de pomme de terre et tomates confites : plutôt simple mais la sauce basilic aillée qui accompagne est parfaite. Nous goûtons ensuite le quasi de veau rôti, caramel Arabica et panais confit. La viande fondante à souhait est une découverte de saveurs à chaque bouchée : panais, beurre de cacahuète, topinambours, une très belle surprise !

Place au dessert et aux pâtisseries du chef Mickaël Lebouc, vrai moment d’interaction avec nos hôtes pendant la préparation des desserts autour du buffet. Au choix, sublime tarte tatin, meringues, tarte à la praline, mille-feuille au caramel et la fameuse île flottante à la praline de l’ancienne propriétaire, Joël. Impossible de passer à côté de celle-là ! Regardez-moi cette pépite : 10 cm de haut, mais légère et pleine de goût à la fois. On se laisse tenter aussi par la tarte tatin tout juste réchauffée accompagnée d’une crème mascarpone pour la gourmandise. La pâte est parfaite et les pommes caramélisées comme on les aime…

Pari gagné pour cette belle équipe ! Nous passons un super moment. L’accueil est chaleureux et la cuisine raffinée et gourmande.

 

Café Jamin

32 Rue de Longchamp 75016 Paris

01 45 53 00 07

Du lundi au samedi de 12h à 22h30 et le dimanche de 7h à 22h30

 

0

Poster un commentaire