Kyoto, terre de trésors : Arashiyama, Uji et la culture du thé, le Temple Byodo-in et le sanctuaire d’Iwashimizu

Encore un sacré morceau à découvrir de Kyoto… Cette préfecture m’avait déjà tellement marquée lors de mon premier voyage au Japon, tant pour sa capitale exceptionnelle mais aussi pour l’escapade que nous avions faîte à Nara, c’était encore avoir peu vu.

Pour rejoindre la ville de Kyoto, nous sommes invités à monter dans un train traditionnel appelé « Tottoro », véritable attraction touristique pour les japonais qui aiment entrer dans la capitale par ce petit « Train Romantique », je n’invente rien c’est écrit dessus ! Ce train aux couleurs ultra flashy traverse la montagne, côtoie les cours d’eau dynamiques, les espaces verts et nous fait rejoindre Arashiyama en une trentaine de minutes, efficace et agréable !

Notre passage à Arashiyama est rapide ! On traverse les yeux grands ouverts cette forêt de bambous et ça y est, on sent la frénésie touristique pour la première fois de notre voyage, jusque là nous en étions bien protégés puisque les seuls visiteurs que nous avons croisés (et encore ils étaient peu nombreux) étaient japonais… Un privilège que de visiter San’In et d’ouvrir les yeux sur ce coin là du Japon…

Une glace matcha/sakura (fleur de cerisier) pour le goûter et nous revoilà dans le bus prêt à rejoindre le centre ville pour une unique soirée.

On en profite pour faire un peu de shopping et diner dans le spot préféré des garçons : Hanbey. Alors là, j’aurais jamais cru « manger » – pas sûre de vouloir parler de dîner ici – dans un lieu pareil. Imaginez une maison close, pas de lumière du jour mais des trucs clignotants dans tous les sens, des petits espaces clos pour se retrouver entre amis, une carte à ralllllooooonge, de la musique unique (indescriptible), une expérience à vivre tant elle est singulière ! Et pour avoir hésité à poser mes fesses ici, les garçons pourront témoigner de mon inquiétude à l’entrée… Et finalement, merci les gars ! Il faut dire qu’ici il y a de l’ambiance, que c’est l’institution « fast food » des jeunes donc un spot à découvrir et que pour 5 euros c’est gargantuesque.

Une nuit l’estomac bien rempli pour se requinquer et c’est parti pour notre dernière journée. Nous quittons Kyoto pour aller à Uji, la ville du thé vert bien connue aussi pour le temple bouddhiste Byodo-in qui abrite une gigantesque statue de Amida Nyorai, la représentation de bouddha qui sauve les défunts. C’est d’ailleurs la représentation que l’on retrouve sur les pièces de 10 yens.

Nous passons peu de temps sur la culture du thé malheureusement mais dégustons tout de même un Sencha exceptionnel et visitons une superbe boutique pour en acheter. Si cela vous intéresse vous aussi, allez voir cet article super bien fait.

A table ! Nous partons visiter un jardin japonais à quelques kilomètres de là, et déjeuner juste à côté chez Kyoto Kitcho, l’adresse experte du bento à ne SURTOUT pas manquer, c’était exquis, et nous y reviendrons dans mon article des coups de cœur food japonais.

Je suis tout autant séduite par la suite, nous découvrons le jardin japonais remarquable à quelques pas de là et visitons même une petite maison où se tient la cérémonie traditionnelle du thé. Ici un point chaud gardera le thé, les invités se baissent pour rejoindre la petite salle commune, un abaissement volontairement très bas pour signifier l’égalité entre les convives une fois ici.

A quelques kilomètres de là, au sommet du Mont Otokoyama a été construit le sanctuaire shintoïste Iwashimizu Hachiman consacré à la vénération de Hachiman, le kami gardien de la légitimité impériale… Dans le shintoïsme, on appelle kami une divinité, un esprit vénéré.

Le sanctuaire est impressionnant, on est reçu par un moine qui prendra soin de nous faire faire un tour complet et nous ouvrir les portes de son sommet pour recevoir une bénédiction, c’est exceptionnel.Ici encore nous sommes invités au recueillement, des prières sont nouées sur des cordes, de petits écriteaux affichent les messages des voyageurs, calme et quiétude règnent…

On sent déjà la fin arriver, alors que nous quittons Michael, je repars avec notre guide et Alexandre pour une dernière nuit à Osaka avant que nous reprenions l’avion le lendemain ! Rassurez vous le dernier festin aura été à la hauteur de toute cette sublime gastronomie puisque j’ai enfin eu le droit à l’anguille dont je raffole tant. Les japonais la cuisine si bien…Whaou QUELLE RICHESSE. Je ne m’en lasse pas… Le Japon m’avait littéralement séduite, c’est amoureuse que je repars avec l’excitation de savoir que je reviens très très très bientôt.

En attendant, pour terminer cette saga nipponne, je vous propose de découvrir mon top 5 coups de cœur des plats japonais dégustés… Be ready, next article.

Vive le Japon et vive notre planète si excitante.

0

Poster un commentaire