On a sauvé Mamie Julie ! Un corde de plus à l’arc du patrimoine gastronomique chti !

Depuis des dizaines d’années, Lillois et autres gourmands se régalent des indétrônables gaufres de chez Meert… Les touristes ne passeraient pas à côté des quelques lignes de leurs guides conseillant une escale chez ce pâtissier de la rue esquermoise. Récemment implantée dans le marais parisien, cette gaufre continue à faire parler d’elle ravissant petits et grands… Entre deux ovales de pâtes se cache une onctueuse ganache au beurre et à la vanille de Madagascar, une recette qui se passe de génération en génération pour perpétuer une tradition bien ancrée ! Autant vous dire que chez nous, le biberon avait déjà une saveur de gaufre !

Alors quand mon copain Pierre Ma, m’annonce son secret le plus gardé l’été dernier, je reste bouche bée. L’ami a hérité d’une recette de gaufre lilloise nommée Mamie Julie… Mais quel culot, de quoi me parle t-il ?

Et bien, figurez vous que depuis 1790 cette Mamie Julie confectionne dans la plus grande tradition des gaufres à la cassonade. Une recette bien différente de celle de chez Meert et qui mérite tout autant votre intérêt, culture gastronomique à la clé !

Basée à Armentières (petit patelin chtimi), c’est de manière artisanale au fer à main et à l’aide d’un moule en fonte, qu’elle donne corps et âme à cette gourmandise… Son moule est personnalisé à son nom, donnant une identité et une marque de fabrique à chacune des gaufres qu’elle façonne.

De génération en génération cette recette traverse le 18ème, 19ème , 20ème et 21ème siècle. Arrive à un moment où Mamie Julie n’a plus de descendant pour perpétuer son art…

Chanceux d’une rencontre, Pierre Marie passionné par le projet s’imprègne de la recette et de chacun de ses détails pour redonner à Mamie ses lettres de noblesse ! Après des mois de perfectionnement, les premiers paquets voient le jour début décembre !

Changez donc des classiques boites de chocolat, offrez Mamie Julie à vos mamies, oncles, tantes et parents ! Croyez moi ce petit délice a de quoi en faire taire plus d’un !

Ne cherchons pas la comparaison avec la maison Meert, la ressemblance parait forte certes mais chacune a ses qualités. Mamie Julie régale d’une ganache moins beurrée et plus riche en cassonade brune, LE produit lillois par excellence.

En plus, créative et ambitieuse, Mamie Julie se voit aujourd’hui accueillir une petite soeur « la Juliette ». Une mini gaufre créée spécialement pour vos cafés gourmands ! Attendez vous à la voir débarquer dans de nombreux restos lillois et d’ailleurs, on l’attend déjà dans la capitale ! Trop choute, vous n’y résisterez pas !

Merci Pierre Ma, il était question de patrimoine ici !

Alors FONCEZZZZZZZZ !!

Très vite vous pourrez commander sur leur site, en attendant écrivez à hello@mamiejulie.fr pour commander et profitez en ce moment d’une offre de lancement, avec le paquet de gaufres à 6 euros au lieu de 9 euros !

 

 

 

0

6 Commentaires

  1. Céline

    22 décembre 2012 at 9 h 32 min

    Ces gaufres m’ont l’air très bonnes , je crois que je vais me laisser tenter! Merci pour cette découverte

  2. Gaufres Mamie Julie : Marion à découvert en parle | Mamie Julie

    24 décembre 2012 at 23 h 34 min

    […] remercie marionadecouvert pour son article sur mes gaufres à travers son excellent blog […]

  3. christine

    29 décembre 2012 at 8 h 34 min

    Je confirme pour en avoir eu en cadeau à Noel par mon cher et tendre filleul!
    Un vrai délice engloutit bien trop vite!!! TROOP Boonnnes !

  4. Maud

    11 janvier 2013 at 11 h 09 min

    petit reportage intéressant, ça donne envie (encore) 🙂

  5. descamps

    23 juillet 2013 at 9 h 47 min

    bjr a vous je narive plus a trouver les paquets de gaufre de mamie jullie que se passe til??merci de me repondre.

  6. Enfin un vrai coffee shop à Lille : découvrez Graabengo ! | Recettes de Cuisine de Marion Flipo

    24 avril 2016 at 7 h 35 min

    […] l’on pourra bien sûr accompagner d »une des pâtisseries du jour ou d’une délicieuse gaufre Mamie Julie, que j’étais ravie de retrouver sur le comptoir […]

Poster un commentaire