Uma Nota, le Brésil japonisé…

Pas besoin de devanture chiadée ni d’enseigne lumineuse.

Le lieu est à lui seul la carte de visite d’Uma Nota. Une grande baie vitrée ouverte sur la rue, de la musique latine, des mosaïques tout en couleurs et une Gisèle qui nous fait de l’œil. On ne peut plus résister, entrons, mangeons et dansons ! L’ambiance y est solaire et on adore.

Au Brésil, on ne mange pas avec des baguettes !

« Détrompez-vous » nous prévient Alexis, un des trois associés du restaurant, ouvert il y a deux semaines à peine. « La plus grande communauté japonaise en dehors du Japon se trouve au Brésil, et plus particulièrement à São Paulo où la street food est la norme ». Uma Nota c’est donc ÇA : des produits typiquement brésiliens cuisinés avec des techniques traditionnelles japonaises. Et ça donne ÇA : un plaisir pour les papilles dans un cadre à la « brésilienne chic » parsemé de notes japonaises, des tables et des chaises minimalistes en bois (matériau sacré, commun aux deux pays), des baguettes sur les tables et des noms de plats nippo-brésiliens. Allez on teste !

Des cocktails de saveurs drôlement bons.

« Un Cawasabi et un Kumaru s’il-vous-plaît ! ». Comme son nom le suggère, le Cawasabi est un cocktail au sirop de wasabi, cachaça et citron vert. Et c’est super bon, frais et un brin épicé ! Le Kumaru est un mélange de saké au yuzu, de liqueur de vanille, de sirop de poivre noir, de fève de tonka (le fruit du tek brésilien !) râpée, de citron vert et d’un blanc d’œuf. Un délice !

La classe les tapas !

Nous picorons : des coxinhas de frango, croquettes de poulet et gombo (plante tropicale) à la sauce pimentée ; un ceviche goa du feu de Dieu où crevettes, calamars et poisson blanc nagent dans du lait de coco au curry ; un tataki de bœuf Black Angus au cresson et sésame ; et des brochettes de poulpe façon yakitori, bouillies puis cuites à la braise de binchotan, la Rolls des charbons japonais. Un peu de douceur et tendresse dans ce monde abrupt.

Royal au bar.

Tuerie du soir, bonsoir ! On nous sert un robalo assado em folha de bananeira, un bar cuit dans une feuille de bananier accompagné de bananes frites et de farofa (mets typique du Brésil préparé avec de la farine de manioc frite dans du beurre ou de l’huile). Le poisson est par-fai-te-ment cuit, il fond dans la bouche, On se régale ! Ce n’est pas pour rien que ce plat est l’assiette phare du lieu.

CachaÇA c’est bon.

Pour finir en beauté, nous choisissons la mousse de chocolate à la cachaça fumée et avec du chocolat à 65%. Un goût nouveau et délicieusement chocolaté comme on en raffole.

Un mariage réussi.

Qui l’eût cru ? L’union culinaire nippo-brésilienne joue de ses charmes et sait séduire ! Le concept Uma Nota a déjà fait ses preuves à Hong-Kong et ne demande qu’à être apprécié du public français. Pour un voyage hors du commun, comptez une dizaine d’euros par cocktail, entre 6€ et 13€ pour les entrées, 22€ en moyenne pour les plats à partager et 8€ environ pour les douceurs.

Uma Nota

86 rue Réaumur 75002 Paris

Ouvert du lundi au samedi de 18h30 jusqu’à tard.

Les réservations sont possibles pour les tables de 7 ou plus avec le menu du chef exclusivement.

0

Poster un commentaire