Restaurant Paris : Sola, le Japon étoilé dans les sous sol de St Germain-des-près…

Qui soupçonnerait une telle richesse dans les sous sol du 5ème arrondissement de Paris ?

Hiroki Yoshitake a pourtant déjà bien fait parler de lui. Sola brille de son étoile depuis 2012 et continue d’épater les plus grands critiques… L’adresse fidélise, décroche les plus élogieux articles de presse du quartier et ravis les papilles de chaque convive qui s’ouvre à son univers. Surprises dans l’assiette certes, mais aussi magie du lieu qui nous transportent une fois bien installés dans les caves en vieilles pierres voûtées de l’établissement.

salle sola

Depuis bientôt 5 ans dans la capitale, embarquer pour son voyage gastronomique restait au top de ma liste et autant vous dire que cette soirée était bien à la hauteur de mes espérances !

À peine arrivés, la gentillesse japonaise adoucit et nous déconnecte du rythme effréné parisien, on nous propose de troquer nos chaussures pour d’agréables petits chaussons, de laisser nos sacs (et tracas) au placard et de nous laisser porter…

table 2

Le menu suit la cadence, ne cherchez pas à choisir, le chef le fait pour vous en sublimant les produits de saison tout en s’inspirant de la tradition japonaise : poisson cuit au bouillon dashi, sauce à base de miso, bouillon relevé de yuzu, aubergines légèrement fumées, poissons crus bien assaisonnés. C’est fin, subtile mais toujours dans l’équilibre, on adore !

apéro

Pour démarrer, un ensemble d’amuses bouches nous est servi : oursin en gelée de bouillon dashi et mousseline de carotte, finger de foie gras et compotée de figues, chips de topinambours et feuille de patate douce crème de parmesan…

foie gras figue

oursin dashi carotte

Notre première entrée fait honneur au poisson cru : chinchard, aubergine fumée et julienne de radis… Une association à la fois légère mais de caractère !

chinchard aubergine fumée radis

Puis c’est le tour d’un second poisson cru, barbue, pamplemousse, avruga et navet. Encore une belle assiette, le navet est surprenant, doux et subtile, loin du navet bouilli d’un fade pot au feu ! Je redécouvre ce légume que je n’affectionnais pas tant que cela… Les œufs d’avruga sont cachés dans l’espuma, ils apportent une fois encore le pep’s qui équilibre l’ensemble, superbe !

barbue pamplemousse navet avruga

Pour poursuivre quelques couteaux servis dans leurs coquilles, mini courgette et écume iodée…

couteaux mini courgette

Dernière entrée, coup de cœur de ce dîner : raviole de cèpe et œuf parfait, châtaignes et café, juste troooooooooooooooooooop bon ! Le café est dans l’écume, les châtaignes dans la crème et en copeaux crus, l’œuf sous la pâte à raviole avec le cèpe, le tout est sublimé d’une chapelure douce façon brioche toastée, c’est Waaaoooooooou !

raviole cepe café chataigne

Place au plat poisson : cabillaud, carotte et bouillon safrané au yuzu, une assiette légère, peut être un peu moins surprenante que les autres mais très bien exécutée.

cabillaud yuzu safran

La viande fait honneur au porc ibérique, légumes oubliés et sauce miso, sublime cuisson et mariage de saveurs tout simplement exquis…

porc topinambour miso légumes

On passe au sucré avec une création autour de la mangue, du kaki et de la vanille, le tout accompagné d’un caramel de fruits… Léger et sucré juste comme il faut, c’est graphique et délicieux !

kaki mangue vanille

Enfin, une pointe de chocolat clôture cet enchaînement de plats, ici accompagné d’une ganache café bien relevée et de quelques feuilles de pimprenelle.

chocolat café pimprenelle

Une guimauve à la poudre de sésame et une madeleine façon financier nous sont servies avec l’addition, de quoi faire passer la note en douceur ! Comptez 96 euros le menu dégustation et croyez nous, pour l’ensemble, le lieu, le service adorable et professionnel, ce rapport qualité/prix à Paris est finalement très honorable !

mousse lait kintaro

financier

On y retournera au printemps ou en été, pour suivre ce chef passionné avec des saveurs gorgées de soleil, il s’amuse, nous fait plaisir, et nous on le suit !

Sola

12 Rue de l’Hôtel Colbert,

75005 Paris

01 43 29 59 04

 

 

 

0

1 commentaire

  1. Fred

    13 décembre 2015 at 19 h 20 min

    Ohhh c’est beau !!!!
    et Miammmm, ça à l’air boooonnn !!

Poster un commentaire