MELT défend son bifteck !

Dès les premières minutes, on décolle pour le Texas. Odeur de fumée, lumière chaleureuse, son de l’harmonica, les Lone Star Beer – breuvage national de là bas – sont alignées au comptoir prêtes à être sirotées et les morceaux de viandes bichonnés au pinceau prêts à être dévorés. Tout y est pour mettre l’eau à la bouche.

Le smokehouse tendance c’est ici ! Les serveurs sont chauds comme la braise, ici pas de chichi, le tutoiement est de rigueur. La carte propose 5 à 6 variétés de viandes ultra-fondantes, fumées à basse température entre 4 et 15h au bois de chêne dans l’énoooorme four, importé directement des US, que l’on peut apercevoir derrière le comptoir. Au menu ce soir : le Brisket, poitrine de bœuf Black Angus et les Spare Ribs, des travers de cochon « Duroc » fumés et finis sur la braise.

L’extase en bouche. Le Brisket est d’une tendreté exquise, la cuisson est parfaite et « the barck » (qui est la croûte qui se forme au contact de la fumée, de la vapeur d’eau et de la chaleur) est grillée à souhait. Paul, couteau à la main, nous confie que seules les viandes venues des US offrent une telle tendreté car elles possèdent un gras riche qui permet de cuire la viande pendant 15h sans qu’elle ne s’assèche ! Le restaurant porte bien son nom, ça fond sous la langue.

Ce délice de viande est accompagné d’un incroyable cornbread, pain de maïs à la texture semoule et à la croûte ambrée. Voilà qui me rappelle le goût du beurre qui fond sur un épi de maïs, hummmm !

De bons vieux ribs, toujours aussi efficaces ! Un plaisir pour ceux dont les papilles raffolent des barbecues estivaux. La viande est (par)fumée comme il faut et badigeonnée de sauce barbecue maison, un tantinet relevée, avant d’être servie. Ils se marient merveilleusement bien avec les choux de Bruxelles. Qui l’eût cru ? Ce sont « les meilleurs d’Europe » selon le chef : ils sont frits puis caramélisés. Une belle découverte qui nous réconcilie avec les mauvais souvenirs de cantine.
Attention, selon les arrivages, certaines pièces de viande peuvent être un peu grasses. Mais les vrais cowboys aiment ça !

Pour clore en beauté cet aller-retour au Texas, on a quand même pu trouver un peu de place pour le dessert. Au choix : un cookie croquant, des petits beignets à tremper dans un coulis de chocolat maison et une salade de fruits frais (mandarines, pistaches, menthe et ananas) histoire de déculpabiliser.Comptez une vingtaine d’euros par repas. Les viandes (bœuf, cochon ou poulet) oscillent entre 10 et 16€ et les accompagnements (frites, pain de maïs, salade de brocolis ou fenouil, haricots en cassoulet ou choux de Bruxelles) entre 4 et 6€. Et pour prolonger l’expérience texane, la bouteille de bière locale est à 5€.

 

MELT Batignolles

83, rue Legendre  

75017 Paris


Du lundi au vendredi de 12h à 15h & de 19h30 à 23h (23h30 le vendredi)

Le samedi de 12h à 23h30 et le dimanche de 12h à 23h

Réservation à partir de 8 personnes au 09.87.09.99.25

0

3 Commentaires

  1. sansanp

    14 février 2018 at 11 h 42 min

    J’ai aussi déjà testé sur ce restaurant, et comme tu le signales, je suis restée sur cette impression de gras! J’ai trouvé ça très lourd! Même si j’aime ce principe de viande fumée, je ne retenterai pas l’expérience.

    1. Marion

      Marion

      14 février 2018 at 14 h 45 min

      Ouiiii c’est pas faux !
      La première fois je suis tombée sur un morceau par-fait, c’était délicieux, tendre, sans gras.
      La seconde fois, j’ai eu un morceau un peu plus généreux en gras.
      C’est un peu la loterie mais quand tu gagnes le gros lot, c’est la folie dans l’assiette !

  2. Liz

    26 février 2018 at 20 h 28 min

    Super resto je suis d’accord! De quoi faire un végétarien manger de la viande!

Poster un commentaire